Comment faire face aux allergies saisonnières et aux acariens ?

Les beaux jours amènent leur lot de désagréments aux personnes allergiques aux pollens. Nez qui coule, yeux rouges et larmoyants, éternuement, irritation de la gorge se manifestent. Pour prévenir les réactions allergiques, il faut limiter autant que possible le contact avec le pollen. Port de lunettes de soleil, sorties quand le taux de pollens à l'extérieur est faible, après une averse par exemple ou encore séchage du linge à l'intérieur sont de mise. Certaines personnes pour leur part souffrent d'allergie aux acariens. Ce type d'allergie présente les mêmes symptômes qu'une allergie au pollen. Dans ce cas, il faut aérer régulièrement les pièces de la maison. Le matelas doit être recouvert d'une housse anti-acarien et les draps changés fréquemment. Leur lavage devra s'effectuer à 60 °C.

En cas d'exposition aux allergènes, si la rhinite est installée, les solutions nasales permettent de calmer l'écoulement et l'éternuement. Pour apaiser les gênes oculaires, des collyres dédiés au traitement de la conjonctivite allergique sont tout indiqués. Des compresses d'eau froide aident également à décongestionner les yeux. Pour réduire les réactions inflammatoires accompagnant les allergies, la consommation d'aliments riches en quercétine est recommandée. Le thé noir, le raisin rouge et la pomme, consommée crue avec la peau, en sont gorgés.

Le cas des allergies alimentaires et médicamenteuses

La manifestation d'une allergie à un aliment ou à un médicament varie suivant l'individu. La réaction peut aller d'une simple urticaire jusqu'à provoquer un choc anaphylactique, fatal si les mesures nécessaires ne sont pas prises à temps. Pour parer à ces types d'allergies, déterminer l'allergène est primordial. Bien que le contact avec le facteur en cause peut faire disparaître l'allergie au fil du temps – procédé utilisé dans le traitement de désensibilisation —, cela peut aussi l'aggraver. Le mieux est de proscrire la consommation dudit allergène. Si l'allergie se manifeste, le médecin traitant prescrit généralement des médicaments antihistaminiques ou à base de cortisone.